Suspendus

La pulsation de la mélodie entre lentement par les pores de la peau. Elle coule d’une cellule à l’autre jusqu’à inonder le corps tout entier. Irrésistiblement emportée par ce flux, la tête penche vers la poitrine pour s’y poser doucement. La barbe brune fait connaissance avec les cheveux blonds en souriant. Le bras comprend qu’il n’a plus qu’une chose à faire : entourer calmement l’épaule qui s’abandonne. La main s’agrippe aux battements sourds du cœur qui la bercent. Ils sont suspendus au creux du monde.