On distingue à peine ses traits sous sa tignasse noire et une barbe qui n’a sans doute pas été taillée depuis des mois. Les mitaines usées laissent entrevoir de longs doigts qui pincent difficilement les cordes d’une guitare presque aphone. Perché en haut de l’escalier de l’église, il s’époumone : « You’re my wonderwall ! » sans qu’aucun promeneur ne s’arrête devant lui à cette heure…

Lire la suite

Les rires clairs des trois fillettes montent le long des murs de la cour intérieure. Elles sont toutes habillées de la même façon : fuseau noir, marinière bleue,  baskets roses. Leurs longs cheveux bruns tombent jusqu’aux reins. La plus grande ne doit pas avoir plus de neuf ans. Elle tient dans sa main un flacon remplie d’eau savonneuse, et souffle dans le petit bâton…

Lire la suite

Malgré une bonne rhino-pharyngite, Catherine n’a pas fait faux bond pour son concert donné il y a quelques jours. « Pas question pour moi d’annuler, a-t-elle déclaré une fois sur scène, je suis trop heureuse d’être ici ! ». Avec son look ébouriffé et ses lunettes fumées, la chanteuse n’a pas masqué ses « Genoux écorchés », sa chanson fétiche, avant d’entraîner l’instant d’après la salle dans un…

Lire la suite

Chaque pore de sa peau est une bouche minuscule qui hurle de faim. Qu’on me touche, qu’on me caresse, qu’on m’effleure ! Qu’on m’indique où se trouvent les limite de l’angoisse. Comme chaque soir, il se blottit au cœur de son odeur rassurante. Ses mains reconnaissent les joues, la nuque, les épaules, le dos, les reins. Les deux corps ne font bientôt plus qu’un. Comme…

Lire la suite

Angèle est seule dans la maison de briques rouges. Elle en connaît les moindres recoins, à force d’y traquer la poussière et de frotter le carrelage moucheté. Comme chaque jour, elle a noué ses longs cheveux en chignon serré, enfilé la blouse anthracite autour de ses larges hanches de polonaise, et ajouté quelques gaillettes dans le poêle en fonte afin d’y déposer la sempiternelle…

Lire la suite

Dans un mouvement délicat, les doigts de la main gauche se posent sur le haut du crâne, puis plongent dans les longs cheveux noirs pour faire connaissance avec les nœuds sans réveiller le cuir chevelu encore assoupi. Les poils de la brosse prennent doucement le relais, puis à nouveau les doigts, engageant une danse matinale qui va durer plusieurs minutes. Toujours sans un mot,…

Lire la suite

Du haut de ses pierres de taille restaurées, la vieille maison de ville sourit doucement à la lune. Dans son œil gauche au verre dépoli, on devine le corps musclé d’un jeune homme sortant de la douche. Sa peau d’airain épouse le blanc moelleux de la serviette éponge, tandis qu’il frictionne ses cheveux crépus. Dans l’œil droit de la vieille dame, on peut voir…

Lire la suite

Timide derrière ses lunettes, son regard se perd dans une assiette de petits pois. Il ne semble pas très grand et se comporte discrètement. Lâchant doucement sa fourchette, il caresse sa barbe brune qui ne paraît manifestement pas être le fruit de la mode mais bien une partie de lui depuis longtemps. Il semble réfléchir. Quand soudain il lève les yeux, et croise mon…

Lire la suite

La vibration des cordes se propage sans effort dans toute la boite crânienne, faisant éclater au passage de minuscules bulles de souvenirs qui s’échappent en souriant. De son côté, le rythme de la percussion se balade sans vergogne jusqu’aux gros orteils soudain pris d’une irrésistible envie de dodeliner. La basse se montre plus discrète. Elle coule lentement vers le cœur jusqu’à ce qu’ils palpitent…

Lire la suite

Comme chaque soir, elle s’allonge contre lui et respire doucement en écoutant les battements de son cœur. Avec le dos de la main, elle caresse doucement sa joue, lui sourit, et se penche pour poser toute sa tendresse sur ses lèvres. Comme chaque soir, il lui rend son baiser en fermant les yeux. Il n’est pas du genre expressif, mais il lui serre un…

Lire la suite

10/61