...?

Avant même de savoir lire, Maïa corrigeait des fautes imaginaires au stylo rouge dans ses livres d’enfants. Écrire, c’est tout ce qu’elle sait faire. Ou plutôt non : elle sait faire mille choses, mais une seule lui donne la sensation d’être vivante. 

Écrire, comme une respiration. Et puis un jour, partager. C’est l’objet de ces carnets.

Partager 20 ans d'écriture, éparpillée ici ou là, dans des cahiers, des revues, des journaux, des blogs, des sites, et des  livres... pour donner du sens à ce kaleidoscope et cheminer vers l'identité d'écrivain qu'il m'aura fallu tout ce temps pour construire et assumer.

Pour préparer la suite aussi : la publication de mon premier livre de fiction.

Qui suis-je ?

Vaste question à laquelle je n'ai toujours pas fini de répondre

Etre humain d'une quarantaine d'années, dotée à la naissance d'un sexe féminin, je n'ai néanmoins jamais pu réellement répondre aux critères sociaux imposés par la définition culturelle du genre qui est censé y être associé.

De formation initiale en biologie cellulaire, j'ai également passé trois ans à me former pour devenir psychothérapeute mais je n'ai pas donné de suite professionnelle à ces parcours formels. Pour tout le reste, j'ai une forte capacité à apprendre de manière autodidacte et c'est ainsi que j'ai exercé de nombreux métiers parfois très différents dans des contextes tout aussi variés.

Au fond, ma vie consiste à mener une gigantesque étude éthologique et sociologique… Je n’ai jamais su me fixer à un endroit, j’ai exploré à peu près tous les statuts et (presque) tous les milieux professionnels, sachant que le métier qui m’a permis de m’adonner le plus à cette quête de compréhension des interactions humaines, c’est celui de correspondante de presse qui ouvre toutes les portes, des plus intimes aux plus politiques…

Mais une chose est sûre, partout, tout le temps, écrire fut et reste irrépressible.