À 61 ans, André a un passe-temps très curieux : il construit des monuments avec des allumettes ! C’est ainsi qu’il y a une dizaine d’année, il a réalisé les maquettes de la mairie et de l’école du Calvaire de Castres, deux chefs d’œuvres qui lui ont demandé respectivement 80 000 et 45 000 allumettes. Plusieurs années après, la passion reste intacte, et nul n’est besoin…

Lire la suite

Maguy porte des escarpins noirs brillants dont les talons aiguilles claquent sur le granit rose du parvis du théâtre municipal. Elle semble vouloir à tout prix attirer l’attention, et elle y parvient, notamment grâce au fushia improbable de son corsage en popeline et au cliquetis de ses bracelets en laiton. D’une voix rauque et autoritaire, elle apostrophe sa partenaire qui semble naturellement accepter sa…

Lire la suite

Il pose délicatement sa main sur la joue blanche, comme un prolongement de toute la tendresse de son regard. Elle lève des yeux presque suppliants vers lui, tandis que sa lèvre inférieure se met à trembler. Pourquoi semble-t-elle triste ? Comment lui expliquer qu’au moment même où ses doigts ont touché la peau du visage, ils ont brutalement réveillé des années de solitude et…

Lire la suite

Comme elle ne comprenait pas très bien comment fonctionnait le monde, elle a essayé de le dessiner, avec le plus de détails possible. La tête penchée sur sa feuille pendant plusieurs heures, la langue tirée sur le côté, elle a choisi soigneusement ses feutres et, point par point, tenté de recopier la vie. Mais ça n’a pas marché. Alors elle a beaucoup réfléchi en…

Lire la suite

La pulsation de la mélodie entre lentement par les pores de la peau. Elle coule d’une cellule à l’autre jusqu’à inonder le corps tout entier. Irrésistiblement emportée par ce flux, la tête penche vers la poitrine pour s’y poser doucement. La barbe brune fait connaissance avec les cheveux blonds en souriant. Le bras comprend qu’il n’a plus qu’une chose à faire : entourer calmement…

Lire la suite

Violette est assise devant la porte, son rat blanc posé sur l’épaule. Quand elle a su, elle a sauté dans un train pour venir me soutenir. Sa présence me rassure, mais ne dissipe pas le malaise qui s’est toujours immiscé entre elle et moi depuis l’enfance dès qu’il est question d’intimité. Les moustaches du rongeur me font un clin d’œil, l’air de dire : « T’inquiète,…

Lire la suite

Elles sont assises toutes les trois sur une valise, comme ça, sur le trottoir. La mère et ses deux petites filles. Peut-être attendent-elles quelqu’un ? Embouteillage sur la chaussée. Au moment où j’arrive à leur hauteur, un camion s’arrête, un bras sort par le carreau, avec un sachet de pains au chocolat. Une des petites l’attrape au vol et va se rasseoir. Je baisse…

Lire la suite

Elle ne sort pas à n’importe quelle heure. En général, elle attend patiemment qu’il n’y ait plus personne. Alors elle s’y prend tôt le matin ou tard le soir. Elle passe la tête discrètement de derrière la tôle ondulée, scrute les alentours, puis trottine rapidement sur le béton pour se faufiler le plus vite possible derrière les poubelles. Coûte que coûte, il lui faut…

Lire la suite

Chaque pore de sa peau est une bouche minuscule qui hurle de faim. Qu’on me touche, qu’on me caresse, qu’on m’effleure ! Qu’on m’indique où se trouvent les limite de l’angoisse. Comme chaque soir, il se blottit au cœur de son odeur rassurante. Ses mains reconnaissent les joues, la nuque, les épaules, le dos, les reins. Les deux corps ne font bientôt plus qu’un. Comme…

Lire la suite

Elle assied doucement le bébé sur la table devant elle, puis pose ses deux mains sur sa tête pour bien la maintenir. Ils se regardent longuement dans les yeux, jusqu’à ce qu’elle penche sa tête vers lui et frotte le bout de son nez sur le sien. L’enfant se jette gaiement en arrière. Et elle recommence, encore et encore. Il ne semble pas se…

Lire la suite

10/61