Le petit vélo

Il appuie de toutes ses forces sur les pédales rouges de son petit vélo.
Les larmes coulent sur la peau douce et noire de son visage.
Ses gros sanglots résonnent dans le souterrain de la gare.
Juste devant, à quelques mètres, son père pédale lui aussi, sans se retourner ni même lui jeter un regard, les sourcils froncés.
Je ferme les yeux, impuissante, tandis que le chagrin s’éloigne derrière moi, et je pense à tous ces enfants que personne, jamais, n’entend ni ne console.