L’Autre miroir

Ida n’a pas encore vingt ans
Le visage pâle, le geste lent
Seule, elle devine en tâtonnant
Son corps gracile, fluet d’enfant.

Ida, sais-tu si tu es belle ?
Pour le savoir pas de prunelle
Juste les doutes qui s’amoncellent
Juste une question éternelle.

Pervenches irisées, muettes
Avalant presque la pommette
Jamais tes grands yeux ne se jettent
Sur ton image ; elle est secrète.

Alors qui es-tu donc Ida,
Quand l’Autre miroir n’est pas là ?
L’aveugle est-ce lui ou bien toi ?
Sans reflet tu n’existes pas.