La plante de ses pieds nus n’est plus que corne noueuse et crasseuse. Il a élu domicile sous les grandes arches métalliques de la gare de Lyon, et tandis qu’il arpente les dalles de carrelage blanc, il scrute les voyageurs d’un air hagard. Il s’approche finalement d’une jeune femme en transit, lui tend un large sourire, et, en guise d’introduction à sa tirade de…

Lire la suite

Chaque jour, il sort lentement de l’immeuble pour s’installer sur le petit banc de pierre posé sous un arbre, au creux d’un minuscule carré de pelouse. Il peut rester assis là pendant des heures, comme si le temps n’avait aucune importance. Parfois il sort une pipe en bois, l’allume et en tire quelques bouffées grises. Mais le plus souvent il semble ne rien faire…

Lire la suite

À l’ombre de l’immense cèdre bleu, dans son short noir ourlé d’or, le jeune garçon sautille avec application, ses mains gantées le long du corps, puis replace son protège-dents comme le ferait un professionnel. L’entraîneur, qui n’a pas l’air tout jeune, ne s’en laisse pourtant pas compter, et canalise avec douceur et expérience les assauts fougueux de l’enfant. Derrière eux, tout habillés de vert…

Lire la suite

Avant de s’asseoir, le vieil homme en costume de lin gris attrape un cendrier et le pose sur la table. En face de lui, sa femme, qui n’a pas vu le geste, constate la présence du cendrier, l’empoigne prestement, et le tend aux fumeurs de la table d’à côté. L’homme me jette un regard malicieux : – « Vous avez vu ? » s’exclame-t-il avec un…

Lire la suite

Les deux garçons vident le contenu de la grande chaussette dans leurs mains pour compter soigneusement toutes les petites pièces jaunes. La cliente devant eux les regarde en souriant, et se baisse même pour ramasser une pièce tombée à terre. Quand ils arrivent à la hauteur de la caissière avec leurs deux sodas, celle-ci leur aboie : « je ne prends pas cette monnaie ! ».…

Lire la suite

Juché sur sa mini-pelle, il devise avec le collègue en train d’étaler soigneusement du gravier sur un coin de trottoir. Soudain, il lâche les commandes, se précipite en bas de l’engin, et en deux enjambées se retrouve sur le passage pour piétons. Il attrape délicatement le bras de la vieille dame tombée à terre, frotte sa robe poussiéreuse, et lui demande avec un accent…

Lire la suite

Il gare sa voiture de sport rutilante en bas de l’immeuble, coupe le moteur et se penche pour attraper le spray de déodorant dont il s’asperge copieusement. Puis il sort, vérifie son reflet dans la vitre teintée et passe la main dans des cheveux pourtant trop courts pour être décoiffés. Malgré sa carrure de videur, on dirait un adolescent qui se rend à son…

Lire la suite

Elle porte un costume désuet à carreaux violets qui enserre son corps fluet. Dans le carré mi-long de ses cheveux auburn elle a soigneusement placé une petite fleur en tissu rose. Le téléphone diffuse de légères notes de piano. Ses grands yeux écarquillés embrassent le ciel tandis que ses quatre quilles blanches virevoltent dans les airs. L’une d’elle tombe à terre, et tandis qu’elle…

Lire la suite

On distingue à peine ses traits sous sa tignasse noire et une barbe qui n’a sans doute pas été taillée depuis des mois. Les mitaines usées laissent entrevoir de longs doigts qui pincent difficilement les cordes d’une guitare presque aphone. Perché en haut de l’escalier de l’église, il s’époumone : « You’re my wonderwall ! » sans qu’aucun promeneur ne s’arrête devant lui à cette heure…

Lire la suite

Il appuie de toutes ses forces sur les pédales rouges de son petit vélo. Les larmes coulent sur la peau douce et noire de son visage. Ses gros sanglots résonnent dans le souterrain de la gare. Juste devant, à quelques mètres, son père pédale lui aussi, sans se retourner ni même lui jeter un regard, les sourcils froncés. Je ferme les yeux, impuissante, tandis…

Lire la suite

10/30